Auteur : JasmineCatudal

LUNDIS DE L’INDÉPENDANCE : SÉRIE SPÉCIALE

Le Nouveau Mouvement pour le Québec souligne à sa manière la course à la chefferie du Parti québécois et recevra, tout à tour, les cinq aspirants-chefs dans le cadre d’une série spéciale des Lundis de l’indépendance.

Après avoir reçu, Bernard Drainville en février, place à Pierre Céré le 23 mars.

Tous les candidats à la chefferie du PQ se prêteront à la formule des Lundis de l’indépendance : discuter dans un cadre informel avec des indépendantistes de tous les horizons et exposer leur vision du projet de pays.

Venez vous faire entendre.
Venez faire lever, vous aussi, un pays neuf.

destiNation : LE MOUVEMENT INDÉPENDANTISTE PRÊT POUR UN NOUVEAU DÉPART !

MONTRÉAL, LE 7 SEPTEMBRE 2014 – Le Nouveau Mouvement pour le Québec (NMQ) et le Conseil de la souveraineté du Québec (CSQ) unissent leurs forces pour présenter l’événement destiNation : Nouvelles idées. Nouveau départ. , un rassemblement citoyen pour l’indépendance du Québec qui se tiendra au Théâtre  L’Olympia, à Montréal, les 20 et 21 septembre prochains.

Animé par Martine Desjardins, l’événement destiNation vise à réunir des citoyennes et des citoyens issus de tous les horizons politiques dans le but de relancer le mouvement indépendantiste québécois sur de nouvelles bases, en dehors des lignes partisanes. « Il n’est pas normal que depuis les dernières années, l’option indépendantiste récolte à elle seule plus d’appui que la somme des résultats électoraux obtenus par les trois partis indépendantistes québécois. Il faut revoir nos façons de faire », a soutenu Mme Desjardins, porte-parole de l’événement.

Dans tous les pays qui ont atteint leur indépendance, un mouvement populaire non partisan a pavé la voie, comme on le voit ces jours-ci en Catalogne. C’est l’objectif que se fixe le Conseil de la souveraineté auquel participent déjà plusieurs des principales organisations de la société civile. « Il est clair que pour faire progresser l’idée d’indépendance, il doit y avoir une organisation forte qui soit capable de coordonner les efforts des différents groupes et de susciter une mobilisation large en faveur de l’indépendance du Québec et ce, à l’extérieur des partis politiques », a déclaré Gilbert Paquette, président du CSQ.

En ce sens, destiNation se veut l’occasion de jeter les bases d’un tout nouveau plan d’action pour le Conseil de la souveraineté du Québec qui a entrepris, depuis juin 2013, une restructuration de son conseil d’administration afin d’y accueillir un maximum de citoyennes et de citoyens représentant tous les secteurs de la société civile. D’ailleurs, afin de bien marquer le renouvellement de cette organisation, le Conseil de la souveraineté du Québec sera rebaptisé lors de destiNation. Le nouveau nom sera dévoilé en fin d’avant-midi le dimanche 21 septembre.

Pour le Nouveau Mouvement pour le Québec, qui a organisé le Congrès de la Convergence nationale en mai 2013, il fallait poursuivre le travail entamé pour renouveler les idées qui servent d’assises au mouvement indépendantiste. « Si l’on souhaite réellement se renouveler en tant que mouvement, il ne faut pas avoir peur de poser un regard critique sur ce qui s’est fait dans le passé et dépasser les espaces habituels d’action politique. Il faut cesser d’attendre uniquement après les partis politiques ou les campagnes électorales pour se mobiliser. destiNation est en quelque sorte le coup d’envoi pour ce nouveau départ citoyen vers notre indépendance nationale », a affirmé Pierre Curzi, président du NMQ.

Cet appel au renouvellement est salué et appuyé par de grands noms du mouvement indépendantiste, nommément ceux de Monsieur Jacques Parizeau, ancien Premier ministre du Québec, dont une allocution sera diffusée sur place dans la matinée du dimanche 21 septembre, et de Monsieur Bernard Landry, également ancien Premier ministre du Québec, qui clôturera la plénière du samedi matin. « C’est une excellente nouvelle pour l’indépendance du Québec de voir que la société civile se mobilise à nouveau pour faire la promotion de ce grand projet qui nous unit tous », s’est réjoui M. Landry.

Outre ces appuis de taille, ce grand rendez-vous indépendantiste de la rentrée rassemblera des invités issus de tous les milieux, tels que Claudette Carbonneau, Jean-Pierre Charbonneau, Robin Philpot, Flavie Payette-Renouf, Jean-François Nadeau, Jocelyn Caron, Monique Pauzé, Danic Parenteau, Andrée Ferretti, Robert Laplante, Maxime Laporte, Jonathan Durand-Folco, Simon-Pierre Savard Tremblay, Gérald Larose et bien d’autres. Soulignons également la participation spéciale de Louise Harel, Guy Rocher, Catherine Dorion et Tania Kontoyanni.

La programmation de l’événement est disponible sur le site destinationindependance.com. Des idées comme la démarche constituante, le républicanisme et la convergence des forces indépendantistes seront au cœur des thèmes discutés à destiNation.

Rappelons que destiNation s’inscrit dans la suite logique des événements politiques du printemps 2013 où s’étaient tenus notamment l’Assemblée des États généraux sur la souveraineté du Québec (ÉGSQ) le 6 avril, le Congrès de la Convergence nationale les 24, 25 et 26 mai ainsi que l’Assemblée générale annuelle du Conseil de la souveraineté du Québec le 8 juin 2013.

Un 26 août avec Christian Rioux

Le prochain Lundi de l’Indépendance réunira Christian Rioux, journaliste, chroniqueur et correspondant pour Le Devoir à Paris, Danic Parenteau, président du NMQ, et Lauréanne Daneau, porte-parole du NMQ.

Affiche du 26 août

Venez discuter dans un cadre informel avec des indépendantistes de tous les horizons. Venez vous faire entendre. Venez faire lever, vous aussi, un pays neuf.

Où : Au Gainzbar, 6289 St-Hubert, Montréal
Quand : Le lundi 26 août, dès 20h

Manifestez-vous en grand nombre !

Nouveau programme pour le Congrès de la Convergence nationale

Guy Rocher et Alexis Martin ouvriront le Congrès de la Convergence nationale

Montréal, 5 mai 2013 – Le Nouveau Mouvement pour le Québec (NMQ) annonce que le Congrès de la Convergence nationale, qui aura lieu les 24, 25 et 26 mai prochains à la salle Marie-Gérin-Lajoie de l’Université du Québec à Montréal, s’ouvrira le samedi matin avec une conférence du sociologue et professeur émérite Guy Rocher, suivie d’un panel réunissant les Partenaires pour la souveraineté de 1995. Celui-ci réunira Jacques Létourneau, président de la CSN, Daniel Boyer, secrétaire général de la FTQ, Raymond Legault, président de l’UDA, Gilles Grondin, directeur général du Mouvement national des Québécois(e)s (MNQ), François Saillant, militant pour les droits sociaux et coordonateur du FRAPRU ainsi que d’autres invités. Ce panel sera animé par Pierre Guillot-Hurtubise, ancien coordonnateur des Partenaires.

Ce sera donc la première fois, en plus de 15 ans, que ces Partenaires seront rassemblés autour d’une même table pour faire le point sur la nécessaire collaboration entre les organisations de la société civile et le mouvement indépendantiste. « L’objectif ici est de remobiliser les acteurs de la société civile afin de remettre l’indépendance du Québec au cœur de leurs  revendications politiques. Il s’agit là d’un repositionnement essentiel à la mise en commun de toutes nos forces », affirme Jocelyn Desjardins, président et coporte-parole du NMQ.

Le Congrès de la Convergence nationale débutera vendredi le 24 mai avec une soirée-spectacle préparée par le dramaturge et comédien Alexis Martin. La question « Agissons-nous en tant que nation? » sera au cœur de cette soirée inaugurale.

Le Congrès se poursuivra le samedi 25 mai en matinée avec une série de présentations regroupées sous deux grands thèmes : convergence nationale et convergence électorale. Chacun de ces thèmes sera décliné en sous-questions qui seront débattues en ateliers l’après-midi :

Vers une Convergence nationale :

  • Quelles stratégies référendaires aujourd’hui? Comment la stratégie référendaire ou le processus d’accession à la souveraineté doit-il évoluer pour répondre à la conjoncture historique actuelle? Les référendums et les stratégies référendaires de 1980 et de 1995 sont-ils des scénarios qu’il est souhaitable de reproduire? Quelles options se présentent à nous?
  • Comment remobiliser les citoyens et les organisations? Quels rôles pour les grands partenaires (organisations de la société civile)? Comment organiser une mobilisation non partisane sur la souveraineté?

Vers une Convergence électorale :

  • Comment établir une plateforme politique commune? Quels seraient les grandes lignes d’un socle commun? En cas de gouvernement d’alliance, quelles priorités communes?
  • Quel mode de scrutin pour le Québec? Quelles propositions seraient susceptibles de contribuer à améliorer la démocratie québécoise?
  • Comment retrouver une majorité parlementaire souverainiste? Des primaires souverainistes à trois partis sont-elles possibles? Si oui, comment? Est-il possible de trouver une manière de répartir des comtés afin d’obtenir une majorité parlementaire pour les partis souverainistes? Quelles autres formules pourraient favoriser une majorité parlementaire souverainiste?

Le dimanche 26 mai débutera avec la présentation des synthèses d’ateliers dont les propositions seront débattues en plénière. Ces délibérations mèneront ensuite à l’adoption d’un plan d’action de convergence nationale et électorale dont le contenu sera repris dans la Déclaration de Convergence du mouvement indépendantiste. « Le but est en fait de remettre aux citoyens un outil politique dont ils pourront se servir pour exiger une ouverture au sein de leurs instances respectives et une collaboration en faveur de la Convergence de l’ensemble des forces indépendantistes », précise Lauréanne Daneau, coporte-parole du NMQ.

L’ex-premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, prononcera le discours de clôture du Congrès.

Le NMQ annoncera d’ici à mardi les noms des personnalités choisies pour le discours d’ouverture de dimanche ainsi que pour venir poser les termes du débat dans la partie de son Congrès portant sur la Convergence nationale. Les noms de personnalités choisies pour diriger la plénière du dimanche et pour venir discourir des enjeux d’une convergence électorale seront annoncées d’ici à jeudi.

Enfin, le Nouveau Mouvement pour le Québec lancera dans les semaines qui suivent une vaste campagne publicitaire afin d’inviter un maximum de citoyens et d’organisations au Congrès de la Convergence nationale.

Le Nouveau Mouvement pour le Québec a été fondé à la suite de l’élection du 2 mai 2011. Il s’est notamment fait connaître par la publication du manifeste Brisons l’impasse en août 2011. Principal organisme derrière l’Appel au Front Uni de l’été 2012, le NMQ compte aujourd’hui plus de 10 000 sympathisants. Le Congrès de la Convergence nationale qu’il organise du 24 au 26 mai constitue en quelque sorte une poursuite de l’oeuvre du Front Uni. Ce Congrès est entièrement payé par des contributions de citoyens.

AVEC DES «SI» ON METTRAIT PARIS EN BOUTEILLE

Réaction du NMQ au communiqué d’Option nationale
AVEC DES «SI» ON METTRAIT PARIS EN BOUTEILLE

Montréal, 14 décembre 2012 – Les coportes-paroles du Nouveau Mouvement pour le Québec (NMQ) Jocelyn Desjardins et Lauréanne Daneau souhaitent faire part de leur réaction au communiqué de presse émis cet après-midi par Option nationale au sujet de la convergence des forces indépendantistes.

« Le moment n’est plus aux querelles ni aux exigences», affirme Lauréanne Daneau, coporte-parole du NMQ. «Par-delà les frontières partisanes, le régime politique dans lequel on vit nous laisse peu de choix : il faut prendre le pouvoir de façon claire et nette pour faire l’indépendance. Il est donc impératif de travailler à la convergence de toutes nos forces. Notre diversité d’indépendantistes est une force et si on sait la reconnaître, la convergence de ces forces peut faire primer notre cause commune. En somme, si Option nationale dit faire passer l’intérêt partisan après l’intérêt pour l’indépendance, il faut cesser de parler avec des «si» qui mettraient Paris en bouteille et cesser de placer des exigences impossibles à la nécessaire convergence des forces indépendantistes».
Le NMQ note un progrès dans cette dernière position officielle d’Option nationale et la salue. En effet, cette jeune formation politique ne semble plus exiger la réforme du mode de scrutin comme condition de son adhésion à la convergence des forces indépendantistes. Le NMQ prend également acte du fait qu’Option nationale préfère attendre que les plateformes du Parti Québécois et de Québec solidaire soient modifiées avant de s’engager plus à fond dans cette convergence des forces indépendantistes, ce qui revient à souffler le chaud et le froid.
«Dans les faits, Option nationale nous dit qu’elle ne place plus en travers de l’indépendance la réforme du mode de scrutin mais en même temps, elle attend les congrès des autres – ce qui prend du temps – et le téléphone des autres, ce qui n’est pas très proactif. Nous sommes loin de la nouvelle façon de faire de la politique », mentionne-t-il parce qu’à terme, «ce sera aux partis de poser un geste ». «Cependant, le NMQ concède à Option nationale le fait que le Parti québécois n’a à ce jour aucunement réagi officiellement à la proposition de convergence des forces indépendantistes. Tous attendent en quelque sorte une réaction officielle d’ouverture du PQ à la convergence de toutes les forces indépendantistes ». Rappelons qu’il y a trois semaines, Québec solidaire a été la première formation à annoncer officiellement son intérêt envers une telle convergence et à inscrire la discussion à l’ordre du jour de son prochain Congrès. Aujourd’hui, Option nationale reconfirme son intérêt envers une telle convergence des forces indépendantistes.
« Si Option nationale est sincère dans sa volonté d’unité, qu’elle cesse d’attendre qu’on l’appelle et initie des choses, qu’elle provoque des étincelles », renchérit Lauréanne Daneau. « Les Québécois et Québécoises indépendantistes s’attendent à plus qu’une ouverture au dialogue. Nous voulons être témoins d’actions politiques concrètes qui demandent à ce qu’on substitue la cause de l’indépendance aux luttes partisanes ou idéologiques », ajoute Jocelyn Desjardins.Depuis la dernière assemblée citoyenne organisée par le NMQ le 25 novembre 2012, les appuis à la convergence des forces indépendantistes se multiplient. Le mouvement citoyen prépare un Congrès national québécois pour le printemps 2013 en vue de contribuer à la convergence des forces indépendantistes.

Convergence des forces indépendantistes : Le NMQ enthousiaste de la décision du Conseil national de Québec solidaire

Montréal, 1er décembre 2012 – Le Nouveau Mouvement pour le Québec salue l’ouverture des membres de Québec solidaire à l’idée d’une convergence des forces indépendantistes en vue de la prochaine échéance électorale.

En effet, il semble que lors du Conseil national de cette formation politique à Québec, les participants ont voté à 80% en faveur de la proposition suivante : « Qu’en vue de la prochaine campagne électorale, QS inscrive à l’ordre du jour du prochain congrès la question des ententes électorales».

«Nous appelons tous les militants indépendantistes à prendre acte de cette ouverture à la convergence des forces indépendantistes et de la considérer comme une invitation à soumettre une proposition semblable dans les instances de leur formation respective», déclare Jocelyn Desjardins, co-porte-parole et président du NMQ. «Nous rappelons à tous ces militants qu’une proposition très concrète de convergence est contenue dans la Lettre aux militants des partis indépendantistes qu’a publiée la semaine dernière le NMQ», ajoute Lauréanne Daneau, co-porte-parole du NMQ. On peut lire cette proposition à l’adresse suivante : /lettre-aux-militants-des-partis-independantistes/

La solidarité naît dans l’unité et la convergence des forces. Elle engendre la complémentarité dans la diversité. Et de cette dernière découle la complicité dont nous avons tous besoin pour faire lever un pays neuf.