AVEC DES «SI» ON METTRAIT PARIS EN BOUTEILLE

AVEC DES «SI» ON METTRAIT PARIS EN BOUTEILLE

Réaction du NMQ au communiqué d’Option nationale
AVEC DES «SI» ON METTRAIT PARIS EN BOUTEILLE

Montréal, 14 décembre 2012 – Les coportes-paroles du Nouveau Mouvement pour le Québec (NMQ) Jocelyn Desjardins et Lauréanne Daneau souhaitent faire part de leur réaction au communiqué de presse émis cet après-midi par Option nationale au sujet de la convergence des forces indépendantistes.

« Le moment n’est plus aux querelles ni aux exigences», affirme Lauréanne Daneau, coporte-parole du NMQ. «Par-delà les frontières partisanes, le régime politique dans lequel on vit nous laisse peu de choix : il faut prendre le pouvoir de façon claire et nette pour faire l’indépendance. Il est donc impératif de travailler à la convergence de toutes nos forces. Notre diversité d’indépendantistes est une force et si on sait la reconnaître, la convergence de ces forces peut faire primer notre cause commune. En somme, si Option nationale dit faire passer l’intérêt partisan après l’intérêt pour l’indépendance, il faut cesser de parler avec des «si» qui mettraient Paris en bouteille et cesser de placer des exigences impossibles à la nécessaire convergence des forces indépendantistes».
Le NMQ note un progrès dans cette dernière position officielle d’Option nationale et la salue. En effet, cette jeune formation politique ne semble plus exiger la réforme du mode de scrutin comme condition de son adhésion à la convergence des forces indépendantistes. Le NMQ prend également acte du fait qu’Option nationale préfère attendre que les plateformes du Parti Québécois et de Québec solidaire soient modifiées avant de s’engager plus à fond dans cette convergence des forces indépendantistes, ce qui revient à souffler le chaud et le froid.
«Dans les faits, Option nationale nous dit qu’elle ne place plus en travers de l’indépendance la réforme du mode de scrutin mais en même temps, elle attend les congrès des autres – ce qui prend du temps – et le téléphone des autres, ce qui n’est pas très proactif. Nous sommes loin de la nouvelle façon de faire de la politique », mentionne-t-il parce qu’à terme, «ce sera aux partis de poser un geste ». «Cependant, le NMQ concède à Option nationale le fait que le Parti québécois n’a à ce jour aucunement réagi officiellement à la proposition de convergence des forces indépendantistes. Tous attendent en quelque sorte une réaction officielle d’ouverture du PQ à la convergence de toutes les forces indépendantistes ». Rappelons qu’il y a trois semaines, Québec solidaire a été la première formation à annoncer officiellement son intérêt envers une telle convergence et à inscrire la discussion à l’ordre du jour de son prochain Congrès. Aujourd’hui, Option nationale reconfirme son intérêt envers une telle convergence des forces indépendantistes.
« Si Option nationale est sincère dans sa volonté d’unité, qu’elle cesse d’attendre qu’on l’appelle et initie des choses, qu’elle provoque des étincelles », renchérit Lauréanne Daneau. « Les Québécois et Québécoises indépendantistes s’attendent à plus qu’une ouverture au dialogue. Nous voulons être témoins d’actions politiques concrètes qui demandent à ce qu’on substitue la cause de l’indépendance aux luttes partisanes ou idéologiques », ajoute Jocelyn Desjardins.Depuis la dernière assemblée citoyenne organisée par le NMQ le 25 novembre 2012, les appuis à la convergence des forces indépendantistes se multiplient. Le mouvement citoyen prépare un Congrès national québécois pour le printemps 2013 en vue de contribuer à la convergence des forces indépendantistes.